Paroisse Estuaire Pays d’Auge

Communauté Notre Dame des Villages

  

Rappel du projet :

Le monde a besoin de prières. Nos familles ont besoin de prières. Nos communautés ont besoin de prières.

Dans le cadre de l’année de la Miséricorde, l’Equipe d’Animation Locale de la communauté Notre Dame des Villages vous propose :

Le samedi 27 février 2016    De 10 H à 12 H

Salle « Caté » à Epaignes (presque en face de la station service Total). Passage clouté en face. N°17.

La lecture d’un texte, suivi d’un débat.

Un temps de prières, avec des intentions pour : la paix, la famille, le chômage, l’exclusion, et des cas dans la Communauté selon les demandes.        

 

Compte-rendu première matinée, le 27 février 2016

 

17 personnes présentes, dont le Père BENARD

  •  Début à 10 H par le « Notre Père »

 

  •  Distribution des textes sur la Miséricorde et lecture à voix haute du texte par plusieurs d’entre nous.

 

La miséricorde

Le mot "miséricorde" désigne, en hébreu, le cœur profond, les "entrailles" qui frémissent sous le coup de la douleur et de la peine. Quel père ou mère n'a ressenti cela en sachant son enfant malade, perdu ? La miséricorde apparaît donc comme l'attachement profond d'un être pour un autre et particulièrement de Dieu pour l'homme. Dans notre vie, Dieu souffre avec nous, il est bouleversé par nos malheurs, nos souffrances et notre condition d'homme pécheur.

Dans un grand mouvement d'amour pour nous, il nous manifeste sa tendresse, nous aide concrètement dans nos vies, nous témoigne sa "miséricorde", nous pardonne nos manquements, nos faiblesses, nous envoie son Fils. Dans le Nouveau Testament, Jésus nous invite à faire de même envers nos frères : "Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux". Mt 5,48) C'est l'une des conditions de la vie éternelle.

La miséricorde, la clé du pontificat de François

Le pape François a dédié son premier Angelus, après son élection, au thème de la miséricorde. Voici ce qu'il a dit le 17 mars 2013. 

"Ressentir la miséricorde, ce mot change tout. C’est ce que nous pouvons ressentir de mieux : cela change le monde. Un peu de miséricorde rend le monde moins froid et plus juste. Nous avons besoin de bien comprendre cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui a une telle patience...

Souvenons-nous du prophète Isaïe, qui affirme que même si nos péchés étaient rouges écarlates, l’amour de Dieu les rendra blancs comme neige. C’est beau, la miséricorde !

Je me souviens, à peine devenu évêque, en l’année 1992, est arrivée à Buenos Aires la Vierge de Fatima et l’on a fait une grande messe pour les malades. Je suis allé confesser, lors de cette messe. Et presque à la fin de la messe, je me suis levé, je devais administrer une confirmation. Est venue à moi une femme âgée, humble, très humble, elle avait plus de quatre-vingts ans. Je l’ai regardée et je lui ai dit : « Grand-mère — parce que chez nous, nous appelons ainsi les personnes âgées : grand-mère — vous voulez vous confesser ? ». « Oui !», m’a-t-elle dit. « Mais si vous n’avez pas péché... ». Et elle m’a dit : « Nous avons tous péché... ! ». « Mais peut-être le Seigneur ne les pardonne pas... ». « Le Seigneur pardonne tout !», m’a-t-elle dit : sûre d’elle. « Mais comment le savez-vous, vous, Madame ? ». « Si le Seigneur ne pardonnait pas tout, le monde n’existerait pas ». Il m’est venue l’envie de lui demander : « Dites-moi, Madame, vous avez étudié à la Grégorienne ? », parce que cela est la sagesse que donne l’Esprit Saint ; la sagesse intérieure vers la miséricorde de Dieu.

N’oublions pas cette parole : Dieu ne se fatigue jamais de nous pardonner, jamais ! « Eh, mon père, quel est le problème ? ». Eh, le problème est que nous, nous nous fatiguons ! Nous ne voulons pas ! Nous nous fatiguons de demander pardon ! Lui ne se fatigue pas de pardonner, mais nous, parfois, nous nous fatiguons de demander pardon.

Ne nous fatiguons jamais, ne nous fatiguons jamais ! Lui est le Père plein d’amour qui toujours pardonne, qui a ce cœur de miséricorde pour nous tous. Et nous aussi apprenons à être miséricordieux avec tous."

  

misericorde

 

 

 

  • Temps de réflexion, puis intervention de chacun et débat.

En bref :

 

LOGO à la fin du texte.

On distingue 3 yeux et non 4. On peut penser qu’il y a un œil commun aux deux personnes.

Jésus (Dieu) transporte une personne, qui est chacun de nous. Il prend en charge l’homme blessé, pour le secourir (comme le bon samaritain), c’est cela la miséricorde. On voit les traces des plaies pour dire que c’est à la croix qu’il est le bon samaritain de l’humanité et c’est dans ce sens-là qu’il pardonne tout.
La miséricorde touche notre regard, jusqu’à nous faire capable de regarder les autres et le monde comme Dieu.

 

Il est facile de demander pardon à Dieu. Plus difficile d’avouer ses péchés au prêtre.

 

« Si le Seigneur ne pardonnait pas tout, le monde n’existerait pas ». - Le Seigneur pardonne TOUT à tout le monde ? Cela veut-il dire qu’on peut faire n’importe quoi ? – Non, pour être pardonné, il faut regretter et ne pas recommencer. – Mais là, on dit que le Seigneur pardonne tout, sinon pas de monde… Donc ce n’est pas une personne par une personne, c’est tout le monde. Et lorsqu’on voit les guerres, les atrocités qu’ils se passent dans le monde, on peut se demander si le monde le mérite. Nouvelle arche de NOE ?

 

Le Christ sur sa Croix disait : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Le Christ ne pardonne pas lui-même, il demande au Père de le faire ».

 

Si le monde entier et chaque religion avaient la même foi, la bonne foi, cela irait mieux. Les Musulmans par exemple, attachent beaucoup d’importance à la Miséricorde divine. Dieu est le Miséricordieux.

 

Pardonner n’est pas forcément oublier.

 

Qu’est-ce que « vous avez étudié à la Grégorienne ? » : une Université à Rome.

Est venue à moi une femme âgée, humble, très humble, elle avait plus de quatre-vingts ans. Je l’ai regardée et je lui ai dit : « Grand-mère — parce que chez nous, nous appelons ainsi les personnes âgées : grand-mère — vous voulez vous confesser ? ». « Oui !», m’a-t-elle dit. « Mais si vous n’avez pas péché... ». Et elle m’a dit : « Nous avons tous péché... ! ». « Mais peut-être le Seigneur ne les pardonne pas... ». « Le Seigneur pardonne tout !», m’a-t-elle dit : sûre d’elle. « Mais comment le savez-vous, vous, Madame ? ». « Si le Seigneur ne pardonnait pas tout, le monde n’existerait pas ». Il m’est venue l’envie de lui demander : « Dites-moi, Madame, vous avez étudié à la Grégorienne ? », parce que cela est la sagesse que donne l’Esprit Saint ; la sagesse intérieure vers la miséricorde de Dieu.

Il est écrit dans l’Evangile de Matthieu : « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ».

 

Il faut faire passer le message de l’Evangile dans les prisons. C’est plus compliqué. Il y a des conversions dans les prisons. Attention aux « mauvaises » conversions. Une prière universelle faite par des prisonniers, dit : «si nous sommes ici, c’est de notre faute. Toi tu viens nous délivrer ».

 

On parle de Miséricorde, mais il n’y en a bien peu pour les personnes divorcées-remariées et leurs conjoints. – Certains, mêmes s’ils ne reçoivent pas le sacrement de l'eucharistie, sont souvent plus près de Dieu que d’autres. La présence de Dieu est égale - Ces personnes n’ont plus le droit à aucun sacrement (donc pas de sacrement de réconciliation…) Les Eglises se vident pour différentes raisons et pour celle-ci. C’est dommage. Il faut vraiment persévérer pour rester. – Et pourtant Dieu pardonne tout, à tout le monde…– Il y a une réalité spirituelle. Ils ont accès à Dieu d’une autre manière (geste du prêtre à la place de l’hostie). Il y a toujours la possibilité se réconcilier envers Dieu par une démarche profonde du cœur. Dieu sait rejoindre chacun là où il en est avec son histoire et renouer avec lui en dehors des sacrements.

 

C’est un monde complexe. De moins en moins de caté, pas assez d’enseignement au mariage.

Pour terminer : « Dans notre vie, Dieu souffre avec nous, il est bouleversé par nos malheurs, nos souffrances et notre condition d'homme pécheur. »

 

  • Intentions de prières.

 

Famille :

Trop de familles se déchirent pour des rancœurs du passé et se nourrissent de haine.

Seigneur, multiplie pour nous tes gestes de miséricorde, afin que sous ta conduite, en faisant un bon usage des biens qui passent, nous ayons le désir et la force de savoir demander Pardon et que nous puissions nous attacher à ceux qui demeurent présents. Sachons recevoir cette grâce.

Prions pour la PAIX dans les familles

 

Personnes Âgées :

Prions pour toutes les personnes âgées, seules et abandonnées de toute visite. Ne les oublions pas.

 

Chômage :

Seigneur, béni sois-tu, Toi qui as donné ta vie pour nous sauver ! Aide nos responsables à chercher des moyens et des solutions pour relancer l’emploi de tous et réduire le chômage qui ne cesse d’abimer l’homme. Que chaque chômeur se sente soutenu et qu’il lui soit donné le travail dont il a besoin pour vivre avec dignité.

 

Paix :

Prière de Saint François d’Assise.

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car,

c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

 

Exclusion :

Pour ceux qui ont faim et soif, pour ceux qui ont besoin de vêtements, pour ceux qui sont sans abri, pour tous les exclus, ceux qui sont rejetés, ceux qui ne sont pas aimés, les prisonniers, les alcooliques, ceux qui sont seuls et abandonnés, les marginalisés… Tous ceux qui ont oublié comment sourire.

Notre Père, donnes-nous la force de les aider à retrouver leur dignité humaine ; si nous leur tournons le dos, nous tournons le dos au Christ. Prions le Seigneur.

Autres intentions :

Pour les jeunes catéchisés, qu’ils trouvent leur Foi et leur voie.

Pour les familles en deuil, pour un jeune qui se retrouve seul après un décès, pour une famille qui vient de perdre son bébé.

Pour un homme décédé ce matin, qui se battait depuis 2 mois contre la maladie. Pour sa maman de 88 ans et pour ses enfants, dont l’un vient de le veiller toute la nuit.

Pour les prêtres, qu’ils soient témoins de leur temps et fidèles à leur mission.

Pour un prêtre mourant et un autre à l’hôpital.

Pour demander des prêtres.

Pour les personnes seules en maison de retraite.

Pour les personnes malades. Il y a un certain nombre de personnes malades dans nos communautés, jeunes et moins jeunes.

Pour un nouveau prêtre ordonné à Bayeux.

Pour notre Paroisse, qu’elle témoigne en fraternité de l’amour de Dieu.

Pour les petites et grandes misères cachées en chacun de nous.

Pour nos frères chrétiens persécutés.

Pour tous les migrants et en particulier ceux de Calais.

Pour l’Europe entière.

 

  • Pour appuyer notre démarche de ce jour : « Le petit flocon de neige ».

Un jour, une femme s’attristait de la douleur du monde et des atrocités commises chaque jour. « Que puis-je faire, disait-elle, devant de telles horreurs ? Je me sens tellement inutile et impuissante ! »

Alors elle entendit : « Tu n’es peut-être rien, soit, mais si tu pries tu auras la puissance pour abattre ce mal.

-      Comment cela est-il possible, rétorqua la femme ? Qu’est-ce que ma prière, ma seule prière contre des milliers de pensées de haine !

-      Ecoute, dit la Voix, écoute l’histoire du petit flocon de neige. Il doutait tellement de sa force et s’en désolait si fort qu’une bonne fée vint et lui dit :

« Regarde, voici le premier flocon de neige ; il n’est rien et de même le second et le troisième ne sont rien. Pourtant au millième flocon la branche de ce sapin est devenue toute blanche.

Au millionième une belle épaisseur la recouvre. A trois millions de flocons elle s’alourdit.

A quatre millions de flocons elle penche très fort…

Voici ton tour petit flocon. Tu n’es que le numéro 4 218 000 c’est vrai, mais va, poses-toi et vois ».

 

Le petit flocon descendit et quand il se trouva en contact avec ses frères, la branche du sapin craqua et tomba.

 

       « Doutes-tu encore de ta puissance ? Demanda la fée ».

 

-      Voici l’histoire, dit la Voix à la femme. Qu’as-tu compris ?

-      J’ai compris que seul on ne peut pas grand-chose, mais que notre prière jointe à d’autres peut changer la face du monde.

-      Il en est bien ainsi, repris la Voix, mais sache encore ceci : une pensée négative vibre à 2 500 vibrations/seconde, une pensée positive à 12 000 vibrations/seconde.

 

Telle est la puissance du Bien contre le Mal. Telle est la puissance de la prière.

 

  • Conclusion :

L’assemblée étant très satisfaite de ce moment partagé et convivial, décide de le renouveler une fois par trimestre. La date et le futur déroulé sera décidé en réunion EAL.

Nous voulons rappeler que cette matinée est ouverte à tout le monde et à toutes les communautés. Elle pourrait très bien devenir Paroissiale.

 

  • Pot de l’amitié.

 

Philippe BERTHE, coordinateur.

 

vierge

     Etablir une priorité : chercher « le royaume de Dieu »